L' Ecrouisseur local

L'écrouissage d'une matière correspond aux modifications qu'elle subit lorsque les contraintes qui lui sont appliquées sont suffisamment fortes pour provoquer des déformations plastiques, permanentes.

Lorsque la pièce comporte une variation de section ou un défaut -- cavité, inclusion, plus dur ou moins dur que le reste du matériau -- il peut se produire localement une concentration de contraintes.
Alors que l'on pense être dans le domaine élastique, on entre localement dans le domaine plastique.
Il peut donc se produire un écrouissage local. Ce phénomène est une des principales causes de la naissance de fissures dans les phénomènes de fatigue.

La déformation plastique d'une pièce se fait par le mouvement des dislocations.
Ces dislocations se multiplient…
1. Elles sont épinglées (par défauts ponctuels, des précipités ou d'autres dislocations normales au plan de mouvement) ;
2. Les parties épinglées restent fixes, les parties mobiles s'étendent autour de l'épinglage ;
3. Lorsque les parties mobiles se rejoignent, cela forme une boucle de dislocation qui bouge (s'étend) librement tandis que la partie épinglée recommence le cycle.
Or, les dislocations se gênent mutuellement : si elles sont dans le même plan de glissement, elles s'attirent ou se repoussent et, si elles sont dans des plans orthogonaux, elles s'épinglent mutuellement (phénomène des « arbres de la forêt »). Donc plus il y a de dislocations, plus il y a de déformations possibles, mais moins les dislocations sont mobiles car elles se gênent.

Cette pièce « L' Ecrouisseur local », par analogie à la complexité technique, chimique et mécanique de la transformation plastique des matériaux, veut rendre hommage aux ouvriers qui ont construit ce canal, aux savoirs faire technique, qui ont permis de contourner les pièges de la Dordogne, et la construction de cet ensemble rare qu'est l'échelle d'écluses de Tuillères.

Cet outil imaginaire « L' Ecrouisseur local », pourrait être la pièce centrale qui aurait permis  la construction du canal.
Ce texte, descriptif et très technique… devenant poétique par la difficulté momentanée que l'on peut ressentir à sa lecture… traduit aussi cette réalité passée et présente, de la prouesse constructive et de la poésie du lieu devenu patrimonial.

« Ephémères »
Lalinde
Dordogne

Juillet 2011
images